Frissons Nature Photo

10 mars 2020

Auprès de son arbre le couple vivait heureux...

En voyant ce couple de Chouettes Chevêches, Georges Brassens aurait certainement chanté:

Auprès de son arbre il vivait heureux
Il n'aurait jamais dû s'éloigner de son arbre
Auprès de son arbre il vivait heureux
Il n'aurait jamais dû le quitter des yeux.

J'ai découvert hier matin que ce fameux arbre auquel je fais référence avait disparu, certainement emporté par la tempête ou abattu par l'homme...

Je l'avais trouvé en juillet 2016, quand j'ai emprunté en voiture, un chemin de campagne qui descendait, entre deux parcs à vaches, vers des champs où je voulais rechercher Tariers et Pies Grièches. Avant de m'y engager, je m'étais rapidement renseigné sur sa praticabilité auprès d'un "vieux" monsieur du village plus haut. C'est lui qui m'a demandé: "Vous venez voir les "Hiboux" et m'a appris qu'un couple vivait dans un arbre presque mort au bord du chemin.

 Ni une, ni deux, je me suis mis en route et j'ai croisé ce vieil arbre, à trois mètres du bord du chemin, dont la face tournée vers moi, présentait trois trous susceptibles d'être occupés.

Inked2016-12072016-IMG_9608_LI

En repassant deux heures plus tard devant cet arbre, je m'y suis arrêté sans quitter le véhicule; et j'ai constaté qu'un des trous avait disparu et à sa place, une petite tête ronde et aplatie, avec de grands yeux jaunes dorés qui m'observaient. Je venais de découvrir une nouvelle loge d'un couple de Chouettes Chevêches, également appelées Chevêches d'Athéna. Le prélude à quelques séances de photos, toutes prises à partir de la voiture dont voila un résumé.

L'année 2016:

Comme la voiture offrait une grande proximité qui ne perturbait pas trop l'oiseau (il ne fallait pas trop bouger ni sortir de la voiture), j'ai fait plusieurs portraits:

25072016-25072016-IMG_0436

2016-25072016-IMG_0734

2016-25072016-IMG_0511

 

En août 2016, apparition d'un jeune:

03082016-IMG_1318

 

qui pour être nourri, demandait des déplacements incessants de l'adulte

03082016-IMG_1350

 

Il ne revint jamais bredouille

03082016-IMG_1456

 

pour le plus grand plaisir du jeune qui repart se percher dans l'arbre, avec un énorme ver de terre dans le bec

03082016-IMG_1459

 

Quelques instants de repos bien mérité.

03082016-IMG_1526

 

Les années 2017 et 2018 furent blanches par manque de présence et de patience de ma part, mais également d'absence manifeste du couple.

J'avais cru que les petites Chouettes avaient changé de secteur.

C'est tout à fait par hasard et sans grande conviction, que je suis repassé en juillet 2019, en pleine canicule.

J'ai trouvé un arbre desséché et pour cause, qui tenait à peine debout. Le temps d'aller faire demi-tour au bout du chemin, qu'elle ne fut pas ma surprise de découvrir un adulte perché au sommet des branches mortes, en plein soleil.

04072019-_MG_1825

 

Il fut bientôt rejoint par un autre adulte

04072019-_MG_1897

 

Qui n'a pas tardé à disparaître dans un trou situé sur l'autre coté de l'arbre

04072019-_MG_1895

Seraient-elles encore en train de nicher en ce début juillet, perturbées par la canicule.

Pour en avoir le coeur net, je suis revenu sur les lieux trois jours plus tard. Le couple était bien au rendez-vous, dissimulé en partie dans les branches mortes.

07072019-_MG_2092

Elles montaient manifestement la garde

07072019-_MG_2016

Avant que l'une d'elles ne descende d'un étage

07072019-_MG_2101-2

 

pour se glisser discrètement dans ce fameux trou que j'avais deviné trois jours plus tôt.

07072019-_MG_2108

 

Rassuré de savoir qu'elles pouvaient encore nicher, je ne suis pas revenu avant fin août et là j'ai trouvé place vide.

La canicule a-t-elle eu raison de la nichée ?

En ce début d'année 2020, je me suis donc rendu dans ce petit chemin et comme je le craignais, le vieil arbre a disparu. J'espère qu'il est tombé à bout de force, sous les coups de boutoir d'une tempête plutôt que sous les crocs d'une tronçonneuse...

Encore un gîte pour Chouettes Chevêches en moins !

Merci d'être allé au bout de ce récit que je tenais à partager.

A bientôt.

Posté par danieltrinkwell à 18:34 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


28 février 2020

LES GRUES CENDRÉES DE GARCHE.

Des centaines et des centaines de Grues cendrées survolent depuis quelques semaines le nord - est de la Moselle, en route vers l'Europe du Nord et l'Europe Centrale.

Avant de voir ces migratrices au long cours, on entend souvent leurs cris claironnants et audibles de loin. En levant la tête, on pourra observer une formation volant en V et souvent à assez haute altitude. Actuellement elles devraient annoncer le printemps... 

Il est plus rare de les voir au sol et pourtant dimanche dernier, à l'heure du petit déjeuner, une cinquantaine de Grues stationnaient derrière chez moi, dans les immenses champs encore en partie inondés qui bordent la Moselle.

Ni une, ni deux et malgré la distance, j'ai enfin pu ressortir mon matériel photo et profiter du spectacle depuis ma terrasse.

23022020-_MG_2724

Elles ont certainement passé une partie de la nuit dans ce champs pour se reposer et s'alimenter.

23022020-_MG_2665

même accompagnées par des Bernaches du Canada qui profitent régulièrement des grandes flaques d'eau qui inondent les champs.

23022020-_MG_2674

 

Pendant près d'une heure, elles n'ont pas arrêté de se déplacer mais toujours en groupe.

23022020-_MG_2724

Certaines ont déjà esquissé quelques pas de parade nuptiale, pour s'entrainer avant le retour au bercail.

23022020-_MG_2739

 

Tout en paraissant calmes, elles restaient néanmoins très attentives au moindre bruit suspect comme ici lors du passage d'une péniche sur la Moselle toute proche; elles se sont placées d'instinct face au vent, prêtes à décoller

23022020-_MG_2765

L'approche d'un groupe de promeneurs peu discrets, a incité les premières à s'élancer

23022020-_MG_2827

 

et en quelques secondes, toute la troupe était en l'air

23022020-_MG_2834

et après un virage serré

23022020-_MG_2835

elles se sont mises en ligne par petits groupes

23022020-_MG_2855

pour prendre la direction du Nord - Est où elles passeront la belle saison.

23022020-_MG_2853

Nous vous souhaitons un bon voyage et attendrons, comme tous les ans, votre retour en automne prochain.

Pour les initiés, la preuve aussi qu'à Garche, on ne voit pas que des Cigognes....

Merci pour votre passage et à bientôt.

Posté par danieltrinkwell à 12:44 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 avril 2019

NAISSANCE CHEZ LES CINCLES PLONGEURS EN AVRIL 2019

Le Cincle plongeur, passereau de la taille d'un Merle ou d'un étourneau, est facilement reconnaissable à son large plastron blanc.

2016-29032016-IMG_0960

C'est un oiseau étonnant qui fréquente généralement les eaux vives et pures des torrents de montagne. Il se laisse difficilement approcher, même si cette photo laisse à penser le contraire.

08052018-IMG_2411

Il passe sa vie au bord, dans et sous l'eau puisqu'il pratique avec maestria la plongée, la nage et la marche sous-marines et cela quelle que soit la force du courant.

2016-11042016-IMG_2356

 Pour le trouver dans notre région, il faut le rechercher le long des rivières non polluées à débit rapide et présentant des cascades ou pierres apparentes qui accélèrent le courant.

Il y évolue toute l'année sans nous quitter, même en hiver par des froids rigoureux.

2016-27042016-IMG_3499

Cette année encore, le couple de Cincles plongeurs,que je suis depuis plus de cinq ans, est resté fidèle au site de nidification. Le nid construit en boule est accroché aux pierres d'un pont, tout près d'une cascade qui le protège d'éventuels prédateurs.

21042017-IMG_1352

En ce début avril, le couple était déjà en train de nourrir la nouvelle nichée.

15042019-_MG_6591

 

15042019-_MG_6529

Mais pour ne pas perturber la petite famille dans cette période de nourissage, le photographe doit rester le plus discret possible; surtout s'il veut comme en 2017 et 2018, saisir le moment magique de la première sortie des jeunes Cincles plongeurs.

24042017-IMG_1794

 

Malheureusement et pour diverses raisons, c'est le photographe qui raté ce rendez-vous.

Charge à lui d'être présent au bon endroit et au bon moment en avril 2020, pour vivre ces moments de vraie Nature.

Merci pour votre visite et votre éventuel commentaire.

A bientôt.

 

 

Posté par danieltrinkwell à 19:26 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

11 janvier 2019

TOUJOURS PRÉSENTES DANS LA RÉGION

Mi-novembre, mon ami Christian avait découvert une (ou plusieurs ?) Panure à moustahes qui nous semblait être de passage dans la région. Notre première sortie de l'année 2019 confirme plutôt, qu'en raison d'un hiver peu rigoureux jusqu'ici, les Panures se plaisent à stationner dans certaines de nos roselières.

En quelques photos, un résumé d'une belle rencontre:

Cette fois-ci, c'est un couple qui a évolué dans la roselière 

04012019-_MG_5659

 

Le mâle avec ses belles moustaches noires qui lui donnent un air sévère

04012019-_MG_4966

 

et la femelle qui semble être une petite boule de douceur

04012019-_MG_5133

 

L'activité principale consiste à se nourrir et les Panures sont friandes des petites graines des phragmites et autres roseaux.

04012019-_MG_4980

Dès que le soleil commence à poindre, les Panures entreprennent l'escalade des roseaux

04012019-_MG_5141

 

après avoir passé la nuit à l'abri dans les bas étages de cette végétation très touffue.

04012019-_MG_5507

 

Madame se réchauffe au soleil car la température reste frisquette.

04012019-_MG_5395

 

Monsieur commence les acrobaties

04012019-_MG_5470

 

imité par Madame qui est tout aussi vive et agile que lui, .

04012019-_MG_5485

mais il faut bien prendre des forces

04012019-_MG_5359

 

Un petit détail, le mâle est bagué et peut ainsi être suivi dans ses déplacements.

 

04012019-_MG_5568

 

Après l'effort le réconfort quand notre couple est redescendu à l'abri des roseaux

04012019-_MG_5706

 

pour se faire discrètement quelques papouilles qui n'ont pas échappées au photographe; mais on s'arrêtera là...

04012019-_MG_5764

 

Encore de beaux moments de vraie Nature que nous avons vécus en compagnie de ces belles Panures.

Merci pour votre visite et votre éventuel commentaire.

A bientôt.

Posté par danieltrinkwell à 13:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 novembre 2018

ELLES SONT DE PASSAGE...

Mon ami Christian a fait de moi, un homme heureux. Vendredi dernier , il a eu la bonne idée de partir prospecter une roselière qui pourrait servir de refuge aux fameuses PANURES A MOUSTACHES, qui sont de passage migratoire dans notre région.

Bingo, il les a trouvées.

Ni une ni deux, il a partagé la bonne nouvelle et une sortie a été programmée lundi matin.

Pourtant je n'étais pas vraiment rassuré car la dernière fois que j'avais prévu d'aller photographier des Panures à moustaches, en février dernier, j'ai pris le chemin  des soins intensifs cardio, avec un gros pépin qui empeste encore et toujours ma vie. Alors pour cette sortie, je tendais le dos et miracle, tout s'est bien passé et surtout nous avons croisé nos Panures.

Qu'est ce qu' une Panure à moustaches ? Rien de mieux qu'une photo pour faire sa connaissance. 

Le mâle,est un peu plus corpulent qu'une Mésange charbonnière , avec sa  tête de couleur gris-bleu et sa remarquable moustache noire qui va du bec à la gorge. Cette moustache est d'autant plus impressionnante que les plumes qui la forment, s'écartent nettement des autres plumes. Le dos est brun-roux et la gorge tire pratiquement sur le blanc.

12112018-_MG_4621B

 La femelle possède une tête brun ocré sans moustache. La gorge est blanc sale, les sous-caudales chamois. (photo prise en Baie de Somme en 2016)

2016-13052016-IMG_5438 (2)

La Panure à moustaches a pour cri typique un « ping-ping » ou « tying-tying » métallique et nasillard, qui porte loin et qui trahit souvent sa présence, dans les roselières ou les phragmitaies denses et touffues où elle mène une vie discrète et cachée.

12112018-_MG_4635

La Panure à moustaches se nourrit principalement d’invertébrés, larves et chenilles, pendant la saison de reproduction. En automne et en hiver, elle consomme davantage de graines et de fibres végétales provenant des plantes sur lesquelles elle vit.

12112018-_MG_4593B

C'est un oiseau remuant, en perpétuel mouvement, qui grimpe adroitement le long des hampes des roseaux ou se faufile entre elles comme une souris. 

12112018-_MG_4614

La Panure à moustaches est présente dans toute l'Europe, de la pointe de la Bretagne jusqu'à la mer Caspienne, mais compte-tenu de son habitat très spécifique, sonaire de distribution est très morcelée. Elle est surtout menacée par la destruction et la dégradation de son habitat exclusif : la phragmitaie.

 

12112018-_MG_4599B

Un réel plaisir d'avoir pu observer et photographier cet oiseau remarquable, dont les individus qui nichent dans le nord de l'Europe, traversent notre région en octobre - novembre et repassent en février - mars.

Des occasions à ne pas rater ! 

Merci pour votre visite et votre éventuel commentaire et à bientôt.

Posté par danieltrinkwell à 19:18 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


22 avril 2018

DE RETOUR

Près de trois mois sans se manifester, comme le temps passe vite...mais je peux m'estimer heureux et chanceux de pouvoir à nouveau reprendre les publications sur mon blog.

Fin février je voulais vous montrer des photos de Harle bièvre

IMG_1558-1

IMG_1560-1

ou encore de Héron cendré

20022018-IMG_1547-1

IMG_1553-1

 

ou mieux encore, de Panures à moustache que je voulais aller photographier ce matin du 24 février, quand j'ai refait un nouvel infarctus, suivi à deux jours d'intervalle, par deux arrêts cardiaques qui ont failli m'emmener dans l'au-delà. 

Après l'implantation d'un défibrillateur automatique, j'ai la chance de recommencer une nouvelle vie qui, dans un premier temps, doit être faîte de repos, de tests et de contrôles, entouré par ma petite famille et mes amis proches.

Comme il m'est interdit de conduire pour quelque temps encore, mes sorties nature seront limitées et mon appareil photographique profitera du même repos que moi.

Alors pour me "nettoyer" la tête, j'ai repris tout doucement la peinture et vous présente le premier tableau de ma nouvelle vie.

"Matinée printanière à Metz"

22042018-IMG_3622-3

Pour avoir aperçu deux fois la "fameuse lumière blanche au bout d'un tunnel", j'ai eu envie de couleurs et rien de telle que la Lanterne du Bon Dieu au printemps, pour les apprécier....

Heureux de vous retrouver.

A bientôt.  

Posté par danieltrinkwell à 14:16 - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 février 2018

QUELLE BELLE RENCONTRE ! UN HIBOU DES MARAIS LOCAL.

Première sortie 2018 avec mes amis Christian et Claude, en ce premier lundi de février.

Il avait un peu neigé la veille mais le soleil osait à nouveau se montrer, après ces dernières semaines de pluie. Un temps idéal pour partir en repérage dans la région et grand bien nous en a pris quand, en milieu d'après-midi, nous fîmes enfin la rencontre de celui que nous cherchons depuis des années

Le HIBOU DES MARAIS

On savait qu'il (ou ils) était (étaient) sur le coin mais malgré de nombreuses heures d'observations, aucune rencontre probante en dehors de quelques silhouettes s'envolant à la tombée de la nuit.

Avant hier, nous étions dans la voiture, à l'abri du vent glacial qui souffle régulièrement sur ce plateau, quand un corvidé piqua vers le sol pour déloger... un Hibou dans un terrain en friche; lieu habituel où ce rapace aux moeurs plutôt nocturnes, peut passer sa journée à somnoler, blotti à terre à l'abri dans la végétation.

Un éclair blanc au ras du sol  et le voila en vol

IMG_0690-1

à quelques dizaines de mètres de nous

IMG_0692-1

il a semé le corvidé de son vol rapide

IMG_0696-1

et recherche un nouvel abri pour se poser

IMG_0697-1-2

le premier choix n'est pas idéal mais l'avez-vous repéré ?

IMG_0734-1

Après quelques instants, il déménage pour retrouver une couverture végétale plus adaptée à la discrétion qu'il recherche

IMG_0763-1

Après une approche calme et minutieuse, il nous autorise enfin à lui tirer ces quelques portraits

IMG_0872-1

Posé au sol, dos au soleil et au vent, il inspecte les alentours, à droite

IMG_0885-1

à gauche

IMG_0955-1

un petit somme de temps en temps

IMG_0912-1

et vous trois, je vous ai à l'oeil !

IMG_0964-1

et quand ces yeux d'or vous fixent, je vous l'assure, vous ne bougez plus....

IMG_0922-1

Puis d'un coup, alors que la bise était de plus en plus glaciale, il reprit son envol

IMG_0973-1

nous tournant le dos pour aller se reposer une centaine de mètres plus loin.

IMG_0989-1

Merci Hibou des marais pour ton indulgence et tu seras toujours le bienvenu chez nous pour passer tes hivers !

Cette superbe rencontre nous a donné un avant-gout de ce que nous irons rechercher, tout prochainement, en Baie de Somme, dès que les conditions météorologiques le permettront.

Merci d'avance pour vos commentaires.

A bientôt.

 

 

 

 

Posté par danieltrinkwell à 17:27 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 janvier 2018

LE CHAT FORESTIER

Au début de cette nouvelle année, je suis comme tout le monde et je prends des résolutions. Point trop n'en faut car il faudra les tenir. Parmi celles-ci, il en est une qui me tient pourtant à coeur: tout faire pour retrouver et photographier le CHAT FORESTIER.

Cela fait cinq ans que j'ai eu la chance de tomber nez à nez, en billebaude le long d'un cours d'eau, avec ce Chat sauvage qui chassait.

De dos, concentré sur sa proie, il ne m'a pas entendu m'approcher:

21022013-21022013-21022013-IMG_0795-1

Le temps de déclencher et il me faisait face, l'espace d'un quart de seconde, avant de disparaître dans les fourrés.

21022013-21022013-21022013-IMG_0796-1

Alors par nostalgie et par envie de le revoir, je viens de me consoler en réalisant cette peinture sur toile cartonnée qui représente celui qui hante mes rêves de photographe.

IMG_3581-002

On se console comme on peut !

Merci pour vos commentaires et à bientôt peut-être pour une belle surprise.

 

Posté par danieltrinkwell à 14:36 - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

21 novembre 2017

LE BALLET DES OMBRES CHINOISES DU DER

Un jeûne photographique de trois mois, c'est incroyable et pourtant je viens de le faire.

Quand deux passions vous prennent en tenaille, il faut faire un choix à défaut de trouver un juste milieu.

Après trois mois de peinture, un retour sur le terrain avec l'appareil photo vient de me faire un bien fou...

Pour ce retour, j'ai pu compter sur mes amis et compères Christian et Claude, qui m'ont accompagné et guidé au 21ème Festival International de la Photo animalière et de nature de Montier-en-Der. Nous y avons passé la journée de jeudi et en avons pris plein les yeux avec des photos de rêve et des échanges passionnants, le tout dans un cadre où il vaut mieux oublier la carte bancaire à la maison.

C'était également l'occasion d'aller saluer notre ami commun Bernard Claessens, et d'admirer ses oeuvres consacrées aux Ours bruns et aux Gloutons de la taïga finlandaise. Du grand art que vous retrouverez entre autres, sur son site :

http://www.bernardclaessensphoto.fr/.

Bravo Bernard !

Mais notre journée au Der avait aussi une motivation photographique. Nous sommes arrivés sur une digue d'une presqu'île déserte, avant le lever du soleil, dans une ambiance bien fraîche, un peu brumeuse mais ô combien magique pour ce que nous voulions découvrir.

Les demoiselles du Der, les fameuses Grues cendrées, passent la nuit en groupe, dans les cuvettes du lac qui, à cette époque de l'année, connaît son niveau le plus bas.

Elles étaient encore au sol, dans l'attente du mystique signal de l'envol.

16112017-IMG_9522

Puis peu à peu , les cris caractéristiques de la Grue se firent entendre et les premiers individus prirent leur envol.

16112017-IMG_9530

  Au lever du soleil, elles partent se nourrir dans les champs autour du lac et ne reviennent qu'à la tombée du jour.

16112017-IMG_9545

Le ballet des demoiselles du lac commence ...

16112017-IMG_9588

et le dortoir se vide peu à peu

16112017-IMG_9687

C'est par petits groupes qu'elles gagnent les champs et les zones cultivées des alentours

16112017-IMG_9743

alors que le soleil commence enfin à percer la brume.

16112017-IMG_9760

Deux retardataires.

16112017-IMG_9704

Un dernier groupe semble encore hésiter quant à la direction à prendre.

16112017-IMG_9799

La place laissée vacante par les Grues semble attirante pour d'autres espèces qui entament également leur ballet.

Un groupe de Vanneaux.

16112017-IMG_0116

Des Oies en ombre chinoise.

16112017-IMG_9677

et enfin le premier escadron de Cormorans.

16112017-IMG_9635

rapidement suivi d'un second encore plus imposant

16112017-IMG_9910

avant que des centaines et des centaines de Cormorans nous survolent.

16112017-IMG_0056

Il en sortait de partout et de nulle part. C'était vraiment impressionnant ...

16112017-IMG_0061

En cherchant bien, on en a retrouvé un grand nombre un peu plus loin que le dortoir des Grues, comme le montre la photo suivante à trois étages:

Le premier plan est réservé aux Aigrettes et Hérons, le plan central est le domaine des dernières Grues et le fond est occupé par les Cormorans.

16112017-IMG_0067

Il y a du monde au balcon pour observer les dernières Demoiselles qui semblent faire une ultime révérence avant l'envol.

16112017-IMG_0068

A l'année prochaine et merci pour ce spectacle

16112017-IMG_9698

En principe le retour au dortoir est tout aussi photogénique que l'envol  mais le temps couvert en ce jeudi soir, nous a privé des belles lumières du coucher du soleil.

Quelle belle sortie !

Qu'en pensez-vous ?

Merci d'avance pour vos avis et à bientôt.

 

Posté par danieltrinkwell à 15:21 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 août 2017

LE "PREGADIOU" DE MA TERRASSE : UNE COCHE INATTENDUE

Lundi après-midi, j'étais consciencieusement installé devant une nouvelle toile dans mon atelier, quand mon épouse est venue me montrer un drôle d'insecte qu'elle venait de capturer sur notre terrasse.

Qu'est_ce que c'est que ça ?

Dans la "Gloire de mon Père", Marcel Pagnol relate la capture de trois grands "pregadious" et précise de suite "c'est à dire de trois mantes religieuses". C'était en Provence qu'il les avait capturés et non dans le nord-est de la Moselle, en plein centre ville et de surcroît, sur une terrasse carrelée (certes bien fleurie, par les soins de ma chère et tendre).

Une Mante religieuse ! Nous n'en n'avions jamais vu et l'avons vite reposée dans les fleurs qui ornent la terrasse, pour lui tirer le portrait et faire plus ample connaissance.

21082017-IMG_7593

La mante religieuse est un insecte aux moeurs diurnes, d'une taille de 6 à 8 cm de long, de couleur verte (ou brune), qui se caractérise par une tête triangulaire orientable à 180°( aptitude rare chez les insectes). Elle a deux gros yeux protubérants à facettes (avec le petit point noir sur la photo ci-dessous), très écartés de chaque côté de la tête, qui lui donnent une très bonne vision de toutes parts. Trois ocelles, entre ces yeux globuleux, sont le siège du sens auditif. Les longues antennes servent à capter les vibrations de l'air produites par le vol des insectes et permettent une efficacité de chasse d’autant plus importante. 

Détails du dispositif:

21082017-IMG_7605-2

Autre caractéristique: la mante religieuse possède trois paires de pattes; la première paire lui sert à capturer ses proies, et les deux autres lui servent à se déplacer.

21082017-IMG_7816

  La mante reste la plupart du temps immobile, les pattes avant repliées, comme en prière, d'où son nom de religieuse ou de "pregadiou", cette expression occitane de provence qui peut se traduire par "Prie-dieu".

21082017-IMG_7852

La mante religieuse est très carnassière et cette caractéristique en fait l’amie du jardinier qu’elle aidera dans l’élimination des chenilles, sauterelles et autres criquets dévoreurs de jardin.

La femelle est également réputée pour sa tendance à dévorer le mâle après l'accouplement. Drôles de moeurs.

Elle chasse à l'affut accrochée à une plante et se confondant souvent avec celle-ci.

21082017-IMG_7685

Ses armes de chasse sont constituées par ses pattes antérieures, appelées « ravisseuses », qui portent des piques et un crochet. Elle peut les déplier en une fraction de seconde pour s'abattre sur sa proie, qui sera maintenue par les piques et harponnée par le crochet qui se plantera dans son corps. 

L'arsenal de la mante:

21082017-IMG_7682

C'est ce qui est arrivé pendant mon observation à une malheureuse abeille qui est venue butiner une fleur de lavande, alors que le "pregadiou" était à l'affût sur la tige. Je n'ai pas eu le temps de saisir l'attaque qui a été fulgurante mais la suite des évènements a été tout aussi imprévisible.

Le "tigre de l'herbe" a l'affût sur le brin de lavande:

21082017-IMG_7905

Il vient de harponner l'imprudente abeille qui venait butiner les fleurs de lavande

21082017-IMG_7935

De suite, la mante commence à dévorer sa proie grâce à ses puissantes mâchoires de type "broyeur" qui, en principe, ne laissent que les parties les plus indigestes (ailes, pattes, ...) comme restes.

21082017-IMG_7937-2

J'ai bien précisé dans ma dernière phrase "en principe" car une guêpe, certainement attirée par l'odeur du festin, est venue perturber le scénario. Elle a tourné quelques secondes autour de la mante attablée puis l'a attaquée par la nuque.

21082017-IMG_7964

mais la mante ne lâchait pas prise

21082017-IMG_7996-2

bien que dérangée dans son repas.

21082017-IMG_7966-2

Alors la guêpe changea son angle d'attaque et tenta de partager directement le repas de la mante

21082017-IMG_7979

Mauvaise idée car la mante n'est pas partageuse mais vraiment carnassière et elle s'empara de cette insouciante qui s'offrait à elle. Une lutte s'engagea entre la mante, handicapée par l'abeille dans ses griffes et la guêpe, qui tentait d'éviter les harpons de la tueuse.

21082017-IMG_7989-2

Au bout de quelques secondes, la guêpe a réussi à s'extraire des griffes mais elle revint à la charge en attaquant la mante par ses ailes.

21082017-IMG_8004-2

Elle semblait avoir trouvé la faille car la mante lâcha l'abeille, qui tomba morte à terre, et se retourna prestement vers la guêpe

21082017-IMG_8007

en essayant de la harponner avec ses crochets

21082017-IMG_8013

La guêpe, peut-être insouciante mais pas trop folle, a  pourtant réussi à s'enfuir de ce piège qui commençait à se refermer sur elle.

La mante religieuse est restée toute penaude et pensive après cette double déconvenue.

21082017-IMG_8079-2

Quelle aventure !

Le pregadiou a passé la nuit et une partie du lendemain dans la lavande, avant d'aller retrouver un milieu plus naturel.

21082017-IMG_7626-2

 Cette rencontre a agrémenté le climat d'attente qui régnait à la maison, en raison de l'accouchement attendue de notre benjamine.

C'est finalement avec une semaine de retard, que le petit Paul est venu rejoindre tôt hier matin, ses cousins Léopold (fils de notre cadette), Victor et Marius (fils de notre ainée). Tout le monde va bien, les parents sont heureux et Mamie et Papy sont aux anges!

Merci pour votre visite et éventuel commentaire.

A bientôt.

Posté par danieltrinkwell à 16:34 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,