Lundi après-midi, j'étais consciencieusement installé devant une nouvelle toile dans mon atelier, quand mon épouse est venue me montrer un drôle d'insecte qu'elle venait de capturer sur notre terrasse.

Qu'est_ce que c'est que ça ?

Dans la "Gloire de mon Père", Marcel Pagnol relate la capture de trois grands "pregadious" et précise de suite "c'est à dire de trois mantes religieuses". C'était en Provence qu'il les avait capturés et non dans le nord-est de la Moselle, en plein centre ville et de surcroît, sur une terrasse carrelée (certes bien fleurie, par les soins de ma chère et tendre).

Une Mante religieuse ! Nous n'en n'avions jamais vu et l'avons vite reposée dans les fleurs qui ornent la terrasse, pour lui tirer le portrait et faire plus ample connaissance.

21082017-IMG_7593

La mante religieuse est un insecte aux moeurs diurnes, d'une taille de 6 à 8 cm de long, de couleur verte (ou brune), qui se caractérise par une tête triangulaire orientable à 180°( aptitude rare chez les insectes). Elle a deux gros yeux protubérants à facettes (avec le petit point noir sur la photo ci-dessous), très écartés de chaque côté de la tête, qui lui donnent une très bonne vision de toutes parts. Trois ocelles, entre ces yeux globuleux, sont le siège du sens auditif. Les longues antennes servent à capter les vibrations de l'air produites par le vol des insectes et permettent une efficacité de chasse d’autant plus importante. 

Détails du dispositif:

21082017-IMG_7605-2

Autre caractéristique: la mante religieuse possède trois paires de pattes; la première paire lui sert à capturer ses proies, et les deux autres lui servent à se déplacer.

21082017-IMG_7816

  La mante reste la plupart du temps immobile, les pattes avant repliées, comme en prière, d'où son nom de religieuse ou de "pregadiou", cette expression occitane de provence qui peut se traduire par "Prie-dieu".

21082017-IMG_7852

La mante religieuse est très carnassière et cette caractéristique en fait l’amie du jardinier qu’elle aidera dans l’élimination des chenilles, sauterelles et autres criquets dévoreurs de jardin.

La femelle est également réputée pour sa tendance à dévorer le mâle après l'accouplement. Drôles de moeurs.

Elle chasse à l'affut accrochée à une plante et se confondant souvent avec celle-ci.

21082017-IMG_7685

Ses armes de chasse sont constituées par ses pattes antérieures, appelées « ravisseuses », qui portent des piques et un crochet. Elle peut les déplier en une fraction de seconde pour s'abattre sur sa proie, qui sera maintenue par les piques et harponnée par le crochet qui se plantera dans son corps. 

L'arsenal de la mante:

21082017-IMG_7682

C'est ce qui est arrivé pendant mon observation à une malheureuse abeille qui est venue butiner une fleur de lavande, alors que le "pregadiou" était à l'affût sur la tige. Je n'ai pas eu le temps de saisir l'attaque qui a été fulgurante mais la suite des évènements a été tout aussi imprévisible.

Le "tigre de l'herbe" a l'affût sur le brin de lavande:

21082017-IMG_7905

Il vient de harponner l'imprudente abeille qui venait butiner les fleurs de lavande

21082017-IMG_7935

De suite, la mante commence à dévorer sa proie grâce à ses puissantes mâchoires de type "broyeur" qui, en principe, ne laissent que les parties les plus indigestes (ailes, pattes, ...) comme restes.

21082017-IMG_7937-2

J'ai bien précisé dans ma dernière phrase "en principe" car une guêpe, certainement attirée par l'odeur du festin, est venue perturber le scénario. Elle a tourné quelques secondes autour de la mante attablée puis l'a attaquée par la nuque.

21082017-IMG_7964

mais la mante ne lâchait pas prise

21082017-IMG_7996-2

bien que dérangée dans son repas.

21082017-IMG_7966-2

Alors la guêpe changea son angle d'attaque et tenta de partager directement le repas de la mante

21082017-IMG_7979

Mauvaise idée car la mante n'est pas partageuse mais vraiment carnassière et elle s'empara de cette insouciante qui s'offrait à elle. Une lutte s'engagea entre la mante, handicapée par l'abeille dans ses griffes et la guêpe, qui tentait d'éviter les harpons de la tueuse.

21082017-IMG_7989-2

Au bout de quelques secondes, la guêpe a réussi à s'extraire des griffes mais elle revint à la charge en attaquant la mante par ses ailes.

21082017-IMG_8004-2

Elle semblait avoir trouvé la faille car la mante lâcha l'abeille, qui tomba morte à terre, et se retourna prestement vers la guêpe

21082017-IMG_8007

en essayant de la harponner avec ses crochets

21082017-IMG_8013

La guêpe, peut-être insouciante mais pas trop folle, a  pourtant réussi à s'enfuir de ce piège qui commençait à se refermer sur elle.

La mante religieuse est restée toute penaude et pensive après cette double déconvenue.

21082017-IMG_8079-2

Quelle aventure !

Le pregadiou a passé la nuit et une partie du lendemain dans la lavande, avant d'aller retrouver un milieu plus naturel.

21082017-IMG_7626-2

 Cette rencontre a agrémenté le climat d'attente qui régnait à la maison, en raison de l'accouchement attendue de notre benjamine.

C'est finalement avec une semaine de retard, que le petit Paul est venu rejoindre tôt hier matin, ses cousins Léopold (fils de notre cadette), Victor et Marius (fils de notre ainée). Tout le monde va bien, les parents sont heureux et Mamie et Papy sont aux anges!

Merci pour votre visite et éventuel commentaire.

A bientôt.