Le 20 mai dernier, j'avais partagé le "Retour de la Pie-grièche écorcheur" et notamment des scènes de parades nuptiales qui laissaient à penser que la saison des amours allait être "fructueuse". Au bout de quinze jours d'un premier suivi, le couple devenait de plus en plus discret, certainement occupé à construire un nid ou déjà à couver. Cette période d'incubation est des plus délicates et il faut éviter tout dérangement. Deux, trois visites discrètes en juin, m'ont permis d'apercevoir le mâle sur différents perchoirs de son territoire mais aucune indication quant à l'emplacement du nid. L'essentiel était de savoir que les Pies-grièches écorcheurs n'avaient pas changé de secteur.

C'est ainsi que mon ami Christian a pu saisir le 10 juin dernier, cette scène d'offrande d'une proie, du mâle à la femelle, qui prouve que le mâle s'occupe du ravitaillement de sa belle, alors qu'elle assure l'incubation à elle seule, des 4 à 6 oeufs, pendant une période moyenne de 15 jours.

20170610

Les petits sont ensuite nourris au nid, par les deux parents, pendant une période équivalente. Il est alors plus facile d'apercevoir l'un ou l'autre des adultes, perché sur un de ses postes de guet, à l'affut du premier insecte au sol ou en vol.

20062017-IMG_6438

Près d'un mois s'étant écoulé après la photo de l'offrande, la sortie du nid ne devait plus tarder et c'est dans ce but, que je me suis rendu sur les lieux, dans la matinée du 05 juillet dernier. Le soleil chauffait déjà très fort et le risque de "flou de chaleur" était déjà bien réel. 

A mon arrivée , le mâle avec une proie dans le bec, était perché sur un buisson de ronces et de mûres, dans lequel  il semblait y avoir de l'agitation.

05072017-IMG_6742

Il plongeait régulièrement dans cette végétation épineuse et touffue pour en ressortir aussi vite

05072017-IMG_6880

et aller se poster sur ses perchoirs de chasse.

Ici le fil électrique du parc

05072017-IMG_6804

qu'il rejoignait régulièrement avec une proie avant de replonger dans le buisson

05072017-IMG_6779

Ici une branche bien exposée

05072017-IMG_6888

dans un univers piquant mais avec vue imprenable sur le garde-manger

05072017-IMG_7052

ou encore sur un piquet de parc à quelques mètres de ma voiture (dans laquelle je "cuisais").

05072017-IMG_6955

Mais à qui était destiné toute cette nourriture?

Ce furent d'abord trois petites boules de plumes et de duvet qui se montrèrent au sommet du buisson fréquenté par le mâle

05072017-IMG_6834

et d'un coup c'est la nichée entière qui se montra; six oisillons "Pie-grièche écorcheur" sur la photo.

05072017-IMG_6849

ce qui est assez exceptionnel puisqu'en principe, chaque adulte s'occupe d'une moitié de la nichée qui se sépare ainsi en deux, tout en restant cantonnée sur le secteur.

05072017-IMG_6860

Ils semblaient attendre le ravitaillement qui se faisait discrètement par les parents, par l'arrière du buisson, hors de la vue du photographe ce qui incita les oisillons à replonger très rapidement dans l'ombre du buisson protecteur.

Le juvénile des deux sexes, ressemble à la femelle de par ses couleurs, avec une tête mouchetée, un dessous beige clair nettement marbré de barres brunes et un manteau écailleux à dominante rousse.

05072017-IMG_6877

L'aspect duveteux du plumage restera marqué pendant quelques jours encore

05072017-IMG_7020

L'apprentissage, assuré par chacun des parents, dure en principe trois semaines après la sortie du nid.

Le mâle avec un de ses petits

05072017-IMG_6920

La femelle avec un autre apprenti

05072017-IMG_6982

   Assez rapidement après l'émancipation des jeunes, d'ici fin juillet - première quinzaine d'août, débutera la migration post-nuptiale en direction de l'Afrique.

Il faudra patienter jusqu'en mai prochain pour espérer revoir une belle famille "Pie-grièche écorcheur", comme celle de cette année.

05072017-IMG_6861

Prenez encore des forces en attendant et bonne route....

Merci pour votre visite et votre éventuel commentaire.

A bientôt.