A cette période de l'année, la majorité des oiseaux migrateurs sont de retour dans nos contrées et leur cycle de reproduction est déjà bien entamé pour la plupart. C'est pourtant cette période que choisit la PIE-GRIÈCHE ÉCORCHEUR pour rejoindre sa zone de nidification. Elle est partie de l'Ethiopie ou de la Somalie, a remonté la Péninsule Arabique, traversé le Moyen-Orient et la Turquie, pour finalement venir nicher dans le nord de la Moselle. Je l'attendais comme l'année dernière vers la mi-mai, sur un secteur auquel elle est fidèle tous les ans, mais mon ami Christian a lancé l'alerte " PGE ", le 1er mai dernier. En avance sur le calendrier, le couple était déjà réuni.

Présentation:

Le mâle, le plus coloré des deux, est le plus observé. Il arbore un manteau brun roux, une calotte et un croupion gris cendré,une queue noire bordée de blanc et un ventre d’une couleur rose vineux, plus ou moins intense. Le bec est crochu et les pattes sont noirs. Son signe de reconnaissance: un masque noir de "bandit des grands chemins" d'où son surnom de "Bandit masqué".

IMG_2603-1

La femelle est beaucoup plus terne que son partenaire, un peu couleur "moineau" avec un dessus plus ou moins brun-roussâtre. Son masque facial est de la même couleur que son plumage. Son dessous est d’un blanc cassé crème, marqué en écailles.

IMG_2644-1

 L'habitat de reproduction de la Pie-grièche écorcheur présente toujours deux caractéristiques indispensables. Il doit d'une part être pourvu d'arbustes ou de buissons touffus favorables à la nidification (épineux comme les prunelliers, aubépines et églantiers,...) et d'autre part, il doit être assez ouvert, avec un accès au sol facile, pour la chasse. Avec Christian, nous suivons ainsi un couple qui revient tous les ans, sur un secteur qui réunit toutes ces conditions.

C'est le mâle qui arrive le plus souvent en premier et c'est lui qui propose un coin de nidification à la femelle. Pour l'attirer et malgré son caractère farouche, il n'hésite pas à se montrer en évidence sur un perchoir exposé, où il se fait remarquer par ses cris caractéristiques. Par cette attitude, Il affirme aussi sa présence sur le territoire et décourage d'éventuels concurrents.

2015-06-22 GRCH-0135

Dès l'arrivée de la femelle, les Pies-grièches n'ont plus de temps à perdre pour s'occuper de leur reproduction. Le couple inspecte ensemble le moindre buisson épineux ou le moindre roncier, qui pourrait abriter leur nid.

Vaut mieux aimer les piquants!

A la recherche d'un logement:

IMG_2567-1

Jusqu'à présent, j'étais toujours en retard de quelques jours, pour assister à une scène marquante de la vie des PGE: la parade nuptiale. Pas cette année, la preuve que la persévérance finit toujours par payer.  En inspectant les ronciers, entre deux séances de chasse, le couple se retrouvait souvent face à face sur la même branche.

IMG_2651-1

Puis très brièvement, le mâle fort de ses belles couleurs, commençait à faire le beau devant sa belle, dressant son corps à la verticale

IMG_2712-1

il exhibait la belle teinte rose de son poitrail et sa queue bicolore

IMG_2668-1

et semblait littéralement danser devant sa future partenaire

IMG_2683-1

Un autre comportement qui joue certainement un rôle dans les parades utilisées pour attirer les femelles: la chasse.

En effet, les femelles préfèrent choisir des mâles capables d’apporter suffisamment de proies au nid pour nourrir les jeunes. Pour prouver ses capacités de chasseur, le mâle entrecoupait régulièrement ses danses de séducteur, de périodes de chasse à l'affût, pendant lesquelles il plongait sur des proies au sol ou s'élançait en l'air, pour happer un insecte en vol.

La quantité d'insectes attrapés est impressionnante.

-Le mâle décortiquant un hanneton-

IMG_3141-1

Les proies sont destinées à la consommation personnelle et servent parfois d'offrande à la femelle.

IMG_2753-1

Elles peuvent également être stockées sur des "lardoirs", les jours fastes quand elles abondent. L’oiseau empale alors ses proies sur des branches épineuses ou des fils de fer barbelés pour constituer des réserves.

A défaut de couvert pour dépecer une prise plus imposante, la Pie-grièche écorcheur empale aussi ses proies sur ces épines qui l'entourent, afin de faciliter leur dépeçage. Comportement qui explique son nom "d'écorcheur".

-Le mâle empale un frelon dans une épine pour mieux le déchiqueter et l'avaler-

02052017-IMG_2699

Son régime alimentaire est constitué de gros insectes, comme les Coléoptères, les Orthoptères ou autres invertébrés, et de petits mammifères (campagnols), des oiseaux et des reptiles. Comme ce régime doit être en partie indigeste, la Pie-grièche, à l'instar de beaucoup d'autres oiseaux, recrache périodiquement par le bec, des pelotes de réjection, qui sont des boulettes faites des débris non digérés des proies avalées.

-le mâle crachant sa pelote de réjection -(photo prise par Christian)-

GRCH PELOTE

 - la femelle n'est pas en reste dans ce comportement-

IMG_3095-1

Dix jours après ces retrouvailles, les parades avaient cessé et le couple était certes visible mais moins expressif

05052017-IMG_3041

L'emplacement du nid est certainement retenu car la femelle commençait à ramener des matériaux qui devrait améliorer le confort intérieur dans ce milieu épineux.

05052017-IMG_3070

Pendant ce temps, le mâle montait la garde (sur une patte)!

IMG_3115-1

Le succès de la reproduction dépend de trois facteurs essentiels, variables dans le temps et dans l’espace : le dérangement,  la pression de prédation sur les œufs et les poussins et les conditions météorologiques. 

Ne pouvant pas agir sur les deux derniers facteurs, nous éviterons toutefois tout dérangement dans les 15 jours à venir, le temps crucial de l'incubation. Passé ce délai, nous tenterons de retrouver le couple de PGE, qui doit assurer le ravitaillement, avant de voir l'envol des petits à l'âge de deux semaines. Ils resteront sur place avec les parents et entameront leur première migration vers l'Afrique, dès le mois d'août.

Je tiens aussi à préciser que toutes les photos présentées, ont été prises depuis notre affût roulant, la voiture, qui est très bien acceptée par l'oiseau.

Peut-être à plus tard pour la suite de cette histoire qui vous inspire d'ores et déjà un commentaire...

A bientôt.