Suite de la série sur la fréquentation de nos étangs en automne commencée il y a une semaine, avec ma belle rencontre avec les Pluviers argentés.

Je resitue les conditions: on est fin septembre, sur les bords d'un petit étang lorrain au niveau d'eau bien bas. J'ai fait deux sorties de 6h chacune, l'une en solitaire et l'autre avec deux amis, en installant ma tente-affût dans les roseaux, au plus près de la vasière bien découverte. Opération réussie sans trop de dérangement, avec près de 2000 clichés à la clé, dont quelques uns d'espèces que je n'avais encore jamais photographiées ou observées (des coches). CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR .

La BECASSINE DES MARAIS, ne m'est pourtant pas une inconnue, pour l'avoir aperçue de loin, sur certains sites qu'elle affectionne, mais sans jamais pouvoir lui tirer convenablement le portrait.

La présente rencontre a commencé avec l'arrivée de quatre Bécassines sur la rive opposée.

28092016-IMG_4124

La Bécassine des marais est un limicole de taille moyenne, a la silhouette assez fine, au plumage brun foncé nettement marqué de lignes claires et de taches brunes, chamois, ocres et noires. Sur la tête, la calotte est brun foncé avec des bandes claires très évidentes. Le sourcil est chamois. Les joues et les couvertures auriculaires sont barrées de brun foncé. Elle possède un très long bec droit qui la caractérise.

28092016-IMG_4792

Après les avoir repérées, j'ai suivi leur activité pendant ces quelques heures d'affût.

Dans un premier temps, les Bécassines prospectaient, à l'instar des autres espèces, dans les eaux boueuses et peu profondes, du bord de l'étang.

28092016-IMG_4387

La Bécassine des marais se nourrit d'invertébrés, d’insectes, de larves, de vers de terre, de petits crustacés, d'escargots et d’araignées, sondant ou picorant la nourriture sur ou dans le sol.

28092016-IMG_4881

L'extrémité flexible de son long bec lui permet de "sentir" la proie

28092016-IMG_4895

tout en sondant la boue.

28092016-IMG_4910

Après le repas vient la sieste mais pas question de s'exposer les pattes dans l'eau, à la vue de n'importe quel prédateur.

Les Bécassines se déplacent sur la terre un peu plus ferme pour trouver refuge,

28092016-IMG_4537

où, comme les autres petits limicoles qui les entourent, elles profitent de leur mimétisme pour se reposer.

28092016-IMG_4604

Deux Bécassines et des Bécasseaux au repos.

28092016-IMG_4551

La sieste est de courte durée et la vigilance est toujours de mise. Le danger venant du ciel semble être le plus redouté.

28092016-IMG_4650

 

alors autant aller reprendre des forces

28092016-IMG_4790

au bord de l'eau.

28092016-IMG_4984

Moins de 100 couples sont nicheurs en France, principalement dans le Massif Central et les régions Bourgogne et Franche-Comté. Par contre de nombreux migrateurs originaires du Nord et de l'Est de l'Europe, hivernent en France d'octobre à mars et avec un peu de chance et de patience, ce petit ballet de Bécassines peut également s'offrir à vous.

28092016-IMG_5015

Les populations de la Bécassine des marais ont décliné à cause du drainage des zones humides, la construction de canaux, l'agriculture intensive ou l'urbanisation à proximité de son habitat. La chasse contribue toujours à diminuer sa population.

Cependant, les effectifs sont stables et cette espèce n’est pas menacée actuellement.

Une belle rencontre que j'ai pris plaisir à partager avec vous. Un commentaire ?

Merci pour votre visite et à bientôt pour d'autres limicoles.