Dans le Parc Naturel Régional de Lorraine, les étangs sont légion et très fréquentés par les touristes en période estivale. A la fin de l'été, les vacanciers sont remplacés, sur de nombreux plans d'eau, par les oiseaux migrateurs qui s'arrêtent quelques jours, pour se reposer et reprendre des forces, avant leur envol vers leurs quartiers d'hiver.

Je me suis rendu sur les bords d'un de ces étangs dans les derniers jours de septembre. Le niveau de l'eau était bas, les berges du fond de l'étang étaient découvertes et propices à accueillir échassiers, canards et limicoles:

21092016-IMG_3257

Pour faire des photos dans de bonnes conditions, il fallait m'approcher en traversant le plus discrètement possible la roselière et en installant ma tente-affût au plus près de cette vasière bien découverte. Opération réussie sans trop de dérangement. Une première sortie en solitaire de 6h, puis une seconde de même durée, avec deux amis, m'ont permis de faire près de 2000 clichés et de découvrir quelques espèces, que je n'avais encore jamais photographiées ou observées (des coches).

Au travers de quelques messages, je vais vous les présenter.

L'oiseau le plus rare rencontré le premier jour sur les bords de l'étang, se nomme le

PLUVIER ARGENTE

Quatre individus étaient présents ce jour-là au sein d'une bande de Vanneaux huppés qui squattait la berge d'en face.

21092016-IMG_3367

  Le Pluvier argenté est un limicole au corps puissant, avec une grosse tête et un bec fort, qui en font le plus grand des Pluviers.

21092016-IMG_3795

En plumage hivernal, tel qu'il était là, le Pluvier présente un dessus moucheté noir-brun avec de petites stries brun doré et blanchâtres. Le dessous est clair, presque blanc, parcouru également de stries grisâtre-brun. Un léger sourcil blanc passe au-dessus de l'oeil et le bec et les pattes sont noirs.

21092016-IMG_3739

Le Pluvier argenté niche dans les zones arctiques depuis l'est de la Mer Blanche jusqu'au Détroit de Béring en Russie ou du nord de l'Alaska jusqu'à la Terre de Baffin en Amérique du Nord. C'est un oiseau des terres polaires et de la toundra, qui descend en hiver sur presque tout le littoral Manche-Atlantique, en faisant étape, à l'instar de ces quatre individus, sur les plans d'eaux de l'intérieur des terres, comme ce petit étang lorrain.

21092016-IMG_3806

Si le Pluvier argenté se nourrit beaucoup la nuit, d'où une plus grande inactivité le jour (bouge très peu de place), il consomme généralement des insectes et des vers aquatiques, qu'il capture dans la vase et le sable

21092016-IMG_3761

ou dans une eau peu profonde.

21092016-IMG_3615

Il semblerait que les Pluviers, en règle générale, sont entrain de changer leur trajet de migration pour éviter les chasseurs, d'où leur passage dans nos contrées, où ils se joignent aux autres limicoles, dans de grands dortoirs, pour passer la nuit. Le Pluvier est connu pour un certain manque de vigilance mais je puis vous assurer qu'il s'est toujours tenu à bonne distance de ma tente, contrairement à d'autres Gravelots et Bécasseaux et que plus d'une fois, il semblait inquiet en voyant planer un rapace (une buse) dans le ciel.

21092016-IMG_3796

 Cependant, les populations du pluvier argenté ne sont pas menacées actuellement;

alors reposez-vous bien avant de repartir sous des cieux plus cléments.

21092016-IMG_4001

Lors de ma seconde sortie, les Pluviers argentés avaient disparu et je mesure maintenant la chance que j'ai eu de les rencontrer !

Merci d'avance pour votre éventuel commentaire.

A bientôt avec d'autres occupants de nos étangs!